Le voyage longue durée, plus particulièrement le tour du monde, est souvent le moment pour prendre du recul sur sa vie personnelle et professionnelle, prendre du bon temps et penser a soi ou alors appréhender d’autres manières de vivre qui sont parfois éloignes des nôtres. Alors si penser a travailler est dans la tete de beaucoup de voyageurs, essentiellement pour économiser ou financer en partie son voyage, quelles sont les formes de ce nouveau nomadisme? Quels sont les activités phares de ces personnes qui exercent une activité plus ou moins régulière pendant leur séjour a l’étranger?

Le nomadisme digital et numérique

Premiere catégorie, le travail a distance avec l’ordinateur comme principal outil pour exercer ses talents. En effet l’avènement du numérique et l’irruption du cloud et des big data dans nos vies urbaines fait que maintenant les plus chevronnes en informatique peuvent proposer leurs services, en indépendant ou au sein d’une entreprise flexible. Quels sont ces secteurs, comment les trouver et quels sont les avantages/défauts d’un monde de vie qui a l’air de permettre le nomadisme permanent?

  • Tous les metiers lies de pres ou de loin et qui ne nécessitent pas une interaction physique avec leurs clients permettent ainsi d’envisager ce type d’activité: Designer graphique, webmaster, programmeur informatique, administrateur de base de données, responsable digital marketing, mais aussi rédacteur d’un journal ou blog, traducteur, journaliste ou réalisateur de documentaire sont envisageables
  • Les plateformes ou la plupart proposent leur services sont désormais assez connues: Il y a bien sur Upwork, ou pres de 10 millions d’indépendants proposent leurs services, meme si la plateforme prend 10% de charges. Citons également Freelancer; Forte de pres de 20 millions de freelancer, c’est aussi une reference pour les indépendants ou les formations sont variées et rémunératrices dans l’ensemble.
  • D’autres plateformes sont également connues et plus spécialises a l’instar de Codeur.com ou Joomlancers pour les programmeurs informatiques, SEO clercks pour les digitaux marketing, Design Crowd pour les designers web, ou encore Great Content ou Edit Place pour les responsables de contenus sur internet.

Etre digital nomade

Bref, les choix de travail sont varies et de nombreux sites permettent de proposer ses services et d’exercer une activité professionnelle en indépendant a l’étranger pour ainsi financer sa vie de voyageur. A noter qu’il est toujours mieux d’avoir une certaine experience et des clients fidélisés avant son depart. Meme si vous etes très competent, faites attention a avoir des references qui témoignent de votre sérieux et de votre fiabilité.

Autre chose, meme si être itinerant, nomade digital est aussi très stimulant, il convient de faire parfois attention a « se fixer » dans un certain endroit pour une durée plus ou moins longue de temps en temps pour retrouver une bonne connexion internet et parfois un cadre plus studieux comme les espaces de coworking qui fleurissent un peu partout: Ils permettent de connecter avec des personnes ayant les memes buts que vous, les memes réussites et difficultés, car comme chaque entrepreneur le sait, l’isolement est rarement le meilleur des boosts!

De plus, vous pouvez avoir des opportunités pour rencontrer des futurs clients, les startups s’entraident parfois entre elles, ainsi qu’obtenir des tips pour savoir comment améliorer votre business (visibilité sur internet, recherche google…). Les meilleurs sites pour découvrir un espace de coworking sont les suivants: Desk Surfing, Desk Near Me ou encore Share Desk. N’hésitez pas non plus a participer a des reunions meetups locales, qui permettent de s’ancrer dans écosystème du pays, connaitre les bons plans et s’informer de la clientele disponible sur place.

Enfin si vous choisissez de vous poser un certain temps pour exercer votre activité, choisissez bien sur des endroits avec une bonne connexion internet ou le coût de la vie n’est pas trop élevé et en meme temps un cadre qui dépayse quand meme, et vous donne justement l’impression d’être en vacances! Pour un européen, on cite justement des lieux comme Bangkok, Chiang Mai ou Bali. Car l’idée premiere, c’est bien sur de profiter de la vie et de profiter de cadres incroyables et très dépaysants!

Les avantages et les inconvénients du nomadisme numérique

Si ce mode de vie fait bien évidemment rêver de nombreuses pays sur le papier, les challenges peuvent être aussi très importants et chaque rêve a également un revers de la médaille.

Flexibilité ou précarité? Un état d’esprit avant tout!

=> Avantages: Vous etes libres et pouvez travailler d’ou vous voulez depuis votre ordinateur. Énorme avantage! Une liberté géographique quasi totale a condition d’avoir accès internet et ne pas avoir de comptes a rendre a son patron pour partir plonger ou se balader entre deux travaux!

Vous pouvez organiser vos journées comme bon vous semble, travailler la nuit tout en tenant compte du decalage horaire si vous avez besoin de contacter vos clients directement. Et si vos clients vivent dans des pays plus riches que celui dans lequel vous vivez temporairement, vous avez instantanément un avantage salarial vis a vis du coût de la vie sur place. .

=> Quelques inconvénients cependant: La flexibilité peut aussi être synonyme de précarité. Établir une bases élargie de clients réguliers est indispensable pour ne pas tomber dans la course aux contrats et être sur de bien boucler les fin de mois. En effet, un freelance vit parfois sur la brèche, sans indemnités chomage, et il faut être conscient d’avoir les reins solides (comme tout entrepreneur).

De plus, l’absence d’horaires precis peut démotiver certaines personnalités qui ont du mal a garder une certaine rigueur. Psychologiquement quelques consequences: La distance vis a vis des proches, le decalage avec la société, l’impression de ne pas profiter de son voyage avec des soucis en permanence dans la tete et une collusion vie privée-vie professionnelle forte. Enfin, les difficultés inhérentes a ce mode de vie si l’on a une famille a charge…

Les travaux ponctuels pour recharger les accus et le portefeuille

Sans être un professionnel aguerri avec une base de client forte, exerçant une activité ultra-spécialisee, vous pouvez également être tente de travailler de temps en temps au cours de votre voyage au long cours si vous avez besoin de vous poser ou de se refaire une rapide sante financière.

Attention si vous travaillez au noir dans le cadre de votre visa touristique, renseignez vous sur les forums d’expats les consequences que cela peut avoir si jamais vous vous faites shopper, meme si les contrôles sont loin d’être systématique (dans ce cas faites vous payer en cash bien sur!). Verifiez également a ne pas rester plus longtemps que la durée de votre visa.

Des visas d’affaires peuvent être plus adaptes et pas trop compliques a obtenir dans certains pays. Et bien sur dans certains pays, vous avez le working holidays visa, très répandu et pratique si vous avez moins de 30 ou 35 ans, en particuliers pour les destinations phares que sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les metiers les plus répandus? Fruit-picking, serveur, cuisiner, prof de français ou d’anglais, moniteur de plongée (si vous avez le PADI) ou autres sports…bref, pas mal de choix et le bouche a oreille marche très bien!

Wwoofing, fruit-picking, fermes eco-responsables…

Pour ceux souhaitant vivre une réelle expatriation sur le long terme avec des boulots plus institutionnels, renseignez-vous bien sur les visas. Beaucoup de pays fonctionnent sur le principe du sponsorship. Vous devez avoir une offre de travail écrite de la part de l’entreprise pour obtenir un visa temporaire longue durée, mais généralement votre visa et presence dans le pays sont liées a ce travail et cette entreprise, ce qui limite la liberté et la négociation (d’activité, salariale…). Bien sur, pour un français, aucune restriction sur le marche du travail en Union européenne ou dans les territoires et départements d’Outre-mer.

D’autres travaux en échange de l’hébergement

Il est aussi possible de travailler dans sa guesthouse en échange de l’hébergement. Cela s’adresse aux personnes de 20-30 ans et constitue une bonne solution si l’on pense se poser dans un endroit un certain temps. Ce volontariat peut aussi permettre de nouer des liens très forts avec la communauté locale et envisager son voyage d’un autre point de vue, ce qui est tout aussi enrichissant! Et cela peut vous donner des idées pour l’avenir, comme par exemple travailler dans une ferme en permaculture et apprendre les connaissances d’un développement durable affirme! Voici quelques idées…

  • Travailler dans une auberge de jeunesse en tant que réceptionniste, ou faire le menage. souvent adressez vous directement ou vous logez.
  • Faire du dog-sitting ou home-sitting: en vous laissant leurs animaux de compagnie ou leur maison, les propriétaires en vacances partent l’esprit plus tranquille. Allez vous renseigner sur les site Trustedhousesitters, Mindmyhouse, ou encore House carers. L’enregistrement est payant mais vous pourrez trouver des très bons plans! Soignez votre profil, obtenez des recommandations et ayez bien l’air pro et sur lors de l’entretien.

Le volontariat agricole ou urbain

  • Travaillez dans des fermes eco-responsables ou sur la permaculture. Elles ont souvent besoin de bras, l’activité étant justement manuelle.L’agriculture bio recrute! Allez faire un tour sur le site wwoofing wwoofinternational. Les organisations de chaque pays sont souvent indépendantes et requièrent généralement une inscription  a l’année (dans les 25 euros en moyennes). Parmi les pays a la pointe, citons le Costa Rica et le Nicaragua, mais beaucoup de projets se développent en France et en Belgique.
  • Les chantiers de construction participatif, le meme principe que le wwoofing mais dans les chantiers. Plus de renseignement sur le site international The Poosh, ou le site français Twiza. Tres bien fait, de quoi se découvrir une passion pour le développement durable!
  • En tant que skipper ou matelot sur un cargo. Si vous avez (beaucoup) de temps, vous pouvez faire comme Pierre Loti! Engagez vous sur un bateau pendant plus ou moins longtemps et naviguez avec lui en dormant dans votre cabine le soir. Une superbe experience (mais difficile a trouver et demande beaucoup de temps) est la traversée du Pacifique Sud de l’Océanie a l’Amérique du Sud!.Voici les sites ou farfouiller pour s’enregistrer en tant que skipper, mais aussi cuisinier, ingénieur, officier…: Find a crew, Desperate Sailors et bien sur les francophones Bourses aux equipiers et Vogavecmoi.

Le volontariat de solidarité

Un tour du monde ou un long voyage peut aussi être la bonne occasion d’aider une ONG ou une autre association qui lutte sur des sujets sociaux, humains, écologiques ou environnementaux precis pour améliorer les conditions locales. Vous vous sentirez également vraiment utile et pas besoin d’être médecin ou infirmier.

En effet, les missions peuvent être gratifiantes personnellement et dans certains pays pauvres, l’obligation d’aider les communautés locales se fait clairement ressentir. Prenez votre temps, les efforts s’apprécient dans la durée et chaque petite pierre a l’edifice que vous apporterez sera regardée a sa juste valeur. Renseignez-vous sur internet mais aussi et surtout localement, allez a la rencontre des gens et parlez leur!

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *