De Siem Reap, nous prenons un bus pour nous retrouver a Phnom Penh. Ce sera pour nous l’occasion d’en savoir plus sur l’histoire trouble de ce pays, a travers les vestiges des exactions des Khmers Rouges mais aussi visiter quelques musees racontant l’ancienne glorieuse periode khmer.

 

La folie Khmer Rouge

Nous faisons rapidement le tour de la ville avant de nous retrouver dans un hotel un peu miteux du centre-ville. Apres un dejeuner a l’hotel (paye en dollar US, comme partout quasiment pour les touristes au Cambodge), nous filons sur le temps fort de notre voyage: la visite de l’ancienne prison SS-21 utilisée par Pol Pot et ses sinistres comparses pour torturer des années ds durant des millions de personnes qui ne collaient pas aux idéaux absurdes de la dictature communiste. Et quelle visite! Ici, dans cet ancien lycée français datant de la periode coloniale indochinoise, nous appréhendons totalement les exactions qui y ont ete commises.

Comme si les murs se souvenaient et gardaient en memoire la cruauté des années passées: Que ce soit les cellules, le réfectoire avec les photos de tous les disparus ou le jardin avec les bassines dans lesquels les tetes des malheureux étaient plonges ou les potences encore visible, tout concourrait a nous soulever le coeur et une immense tristesse chez nous. Nous qui ne sommes jamais alles a Auschwitz par exemple, cela a ete un choc. Choc qui a d’autant plus ete renforce par la rencontre et la discussion avec un des 4 survivants de ces camps de la mort, un vieux monsieur au regard malicieux mais qui a vu tellement d’atrocités en meme temps.

Un voyage choc

Venu pour dédicacer son livre sur ces camps de la mort, un des seuls maniere de gagner sa vie comme le gouvernement fait tout pour étouffer et faire oublier a tous les cambodgiens cette affreuse periode de leur histoires ou de nombreux tortionnaires vivent encore tranquillement en liberte de nos jours.

Pour information, ce sont les troupes vietnamiennes qui ont envahis le Cambodge en 1978 et capture Pol Pot en 1979. L’armee vietnamienne plus aguerrie au combat apres son guerre contre les americains n’a eu que peu de problemes a renverser ce regime dicatorial qui a cause la mort de plus de 2 millions de cambodgiens (execution, famine, travail force…)

Nous helons un tuk-tuk ensuite et nous nous rendons a la prairie en dehors de la ville qui constituaient les veritables charniers de cette « solution finale » des Khmers Rouges. Les pauvres victimes étaient tortures dans la prison et obliges de se dénoncer d’une pseudo defiance a egard du regime dictatorial en place puis étaient emmenées dans ce champs ou des balles dans la tete venaient finir le travail de ces crimes contre l’humanité. Cela dit, aussi affreux etait cet endroit que possible, ou on voyait ces arbres servant a fracasser les cranes des nouveaux nes encore vivant qui avaient pour seuls crimes d’avoir des parents « traitres » a la cause nationale, la nature avait repris progressivement ces droits. L’herbe avait repoussée et était verte. Les arbres avaient des feuilles qui volaient au vent.

La solution finale Khmer rouges

La ou leurs racines côtoient désormais les restes des nombreuses victimes. Ainsi ces charniers situes a Choeung Ek font office de travail de memoire. Il est situe a une quinzaine de kilometres au sud-ouest de Phnom Penh. 86 fosses communes et pres de 10 000 corps y furent retrouves. Quelle journée d’emotions! Et que dire de tous ces cranes accueillant les visiteurs a l’entree..Encore une fois, nous n’avons vu que des occidentaux et certains cambodgiens nous rappellent encore qu’aujourd’hui le gouvernement autoritaire en place fait tout pour étouffer le souvenir de cette periode d’agitation chez la jeune generation….

Phnom Penh suite et fin

Apres ce travail de memoire qui nous semblait indispensable et qui constitue le temps fort de notre voyage, encore plus que les temples d’Angkor qui font parfois penser a Disneyland de par la masse de touristes, en particulier chinois, venant les visiter, nous continuons notre visite de Phnom Penh par la visite du Musee national. Plus classique, celui-ci permet d’admirer les plus belles pieces de l’art khmer a travers les ages et en savoir plus sur l’histoire de ce pays et des bâtisseurs d’Angkor. Un beau musée a ne pas manquer si vous etes a Angkor.

Nous continuons a nous deplacer dans la ville, en se déplaçant en taxi, pour notamment admirer le monument celebrant l’indépendance construit en 1958 de cette ancienne colonie francaise depuis 1953. A part cela, Phnom Penh est moins spectaculaire que ses voisines Bangkok ou Hanoi par exemple, et nous ne attardons pas dans la capitale. A noter qu’elle est assez polluée, avec des véhicules souvent vieillots, donc si vous vous déplacez en tuk-tuk, vous trouverez utiles d’avoir un masque pour mettre sur le visage afin de ne pas trop souffrir.

Ainsi s’achève notre voyage au Cambodge, direction désormais le Vietnam pour de nouvelles aventures en Asie du Sud-Est, via le Mekong, veritable frontiere naturelle entre le deux pays.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *